Quand le défaut d’entretien des fossés amplifie les inondations

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Les trombes d’eau déversées sur la Seine-et-Marne depuis quelques jours vont avoir un impact économique important. Certains de nos concitoyens ont tout perdu, certains agriculteurs, certains maraîchers vont perdre leurs productions. Les salades, les betteraves, les orges et autres cultures baignent dans l’eau stagnante.

Face à l’ampleur de ce phénomène pluviométrique, les conséquences financières seront à évaluer prochainement.

Mais, sans vouloir lancer une polémique inutile, posons-nous la bonne question ?

Pourquoi l’eau ne s’évacue pas, pourquoi des déversoirs ne remplissent-ils pas leurs rôles ?

Les gestionnaires des réservoirs ont oublié le rôle régulateur de leurs ouvrages au profit de l’activité touristique, laissant au second plan l’intérêt de réguler les débits face aux crues.

D’autre part, des élus locaux nous interpellent sur l’entretien de certains tronçons. L’absence de gestion courante des fossés et des cours d’eau contribuent à amplifier le phénomène puisque l’eau ne s’évacue pas.

Le bon sens paysan doit primer. Nous ne voulons pas recalibrer durablement certains tronçons, mais recréer une pente, lever des embâcles, retirer la végétation arbustive. Ces obligations doivent faire partie de l’entretien courant. Utiliser une pelle mécanique pour enlever les dépôts de terre et la vase qui s’accumulent doit être possible sans voir craindre d’être verbaliser par la police de l’eau.

Nous avons engagé une réflexion avec les services de l’Etat sur l’entretien des cours d’eau et la définition d’une cartographie. Ces évènements doivent servir à faciliter et clarifier ce dossier en cours.

Redonnons aux syndicats hydrauliques, aux syndicats de rivières, aux exploitants, aux communes le droit d’entretenir les fossés et cours d’eau. Le mot « curage » ne doit plus être banni de certains. Tout en respectant l’environnement, il faut pouvoir mener à terme des opérations d’entretien que nos anciens entreprenaient.

Cyrille Milard, secrétaire général de la FDSEA77

30ème anniversaire du Festival de la Terre

30ème anniversaire du Festival de la Terre

Toutes les émissions dans la médiathèque