Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Edito d’Arnaud Rousseau et Damien Greffin, président de la Fdsea77 et de la Fdsea IdF

PAC 2015 : Un accord européen qui sonne le glas

L’accord signé par le trilogue (Commission, Parlement européen et conseil) scelle la fin de l’unique politique commune européenne.

L’absence d’ambition de la nouvelle réforme risque d’être un retour  arrière de plus de  60 ans pour l’agriculture, quand elle n’était pas encore  européenne. Aurait-on oublié pourquoi elle a été construite ?

Le principe de subsidiarité, tant voulu par nos gouvernants et aujourd’hui  accepté par l’ensemble des Etats membres, va conduire à une véritable renationalisation des agricultures.

Les outils mis à la disposition des Etats sont multiples pour la période 2014-2020 et dessinent déjà d’importantes distorsions de concurrence entre les producteurs européens.

Verdissement, convergence des paiements de base (les nouveaux DPU), sur dotation des premiers hectares, recouplage accru des certains soutiens, accompagnement renforcé des zones défavorisées, l’accentuation des principes du développement durable, sont autant de mécanismes qui font peser de lourdes menaces sur la compétitivité de notre secteur des Grandes cultures.

A partir de ce cadre communautaire, l’étape nationale de son application va maintenant s’engager

Si le ministre, Stéphane Le Foll, a déjà dévoilé son jeu, comment va-t-il positionner les cartes de sa « boîte à outils », car toutes les options sont sur la table.

Pour notre région, nous devons réaffirmer notre volonté d’une politique agricole économique et ambitieuse, et non d’une politique sociale de la décroissance.

La convergence est inscrite dans l’accord européen. Il nous appartiendra de proposer un système qui permet aux exploitants d’avoir la meilleure visibilité sur l’évolution de leurs soutiens économiques.

Dans le contexte actuel, personne ne comprendrait que l’on veuille se passer d’un secteur stratégique  qui dégage près de huit milliards d’euros dans la balance commerciale.

Bien sûr, il est primordial d’assurer le développement et l’avenir des éleveurs, mais utiliser à l’excès les outils de la future PAC conduirait à se tirer une balle dans le pied et fragiliserait tout un pan économique de la France.

Restons mobilisés pour faire entendre notre voix, car une nouvelle bataille va s’engager.

Damien Greffin et Arnaud Rousseau, présidents de la Fdsea Ile de France et de la Fdsea de Seine et Marne.

 

 

ACTION : Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

Toutes les émissions dans la médiathèque