« L’environnement a un prix, l’agriculture aussi »

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Horizons : Le monde agricole traverse une grave crise économique. La profession s'est mobilisée à de nombreuses reprises. Grâce à la mobilisation sur le terrain et aux négociations avec l'Etat, quelles avancées a obtenu le syndicalisme majoritaire ?

Cyrille Milard : Encore une fois, face à cette crise sans précédent que nous traversons tous,  quelles que soient les filières, votre FDSEA 77  s’est mobilisée, unie et forte devant les difficultés. Alors que vous étiez en tracteurs à Paris, à Montreuil (Seine-Saint-Denis) devant l’ASP (Agence de services et de paiement) ou encore au salon de l’Agriculture,… vos représentants négociaient auprès des préfets, au plus proche de l’exécutif, accompagnés par la FNSEA.

Depuis plus d’un an, nous avons obtenu des mesures d’urgence -l’année blanche pour un report d’annuités bancaires, un Fac (Fond d’allègement des charges) avec une enveloppe de 116 millions d’euros, la possibilité d’opter pour l’année N-1 pour les cotisations sociales- en insistant sur la nécessité pour les exploitations céréalières d'être éligibles à l’ensemble de ces mesures.

De plus, une pause normative était vitale. Concernant les Nitrates, nous avons obtenu trois avancées : l’abandon de l’interdiction d’épandage sur les sols en pente et le maintien du stockage des effluents aux champs, l’arrêt de nouvelles surtranspositions des normes franco-françaises avec une prise en compte des impacts socio-économiques induits et un plan éco-phyto avec de nouveaux indicateurs conformes aux pratiques du  terrain et un CEPP (Certificat d’économie de produits phytosanitaires) moins punitif.

D’autres orientations ont également été décidées comme un « mangez Français » instauré dans les restaurations hors foyer afin de soutenir les filières courtes, un compte pénibilité reporté en attendant des aménagements… et surtout une baisse de 10% des cotisations MSA pérennisée dans le temps. C’est une grande avancée après des années de combat pour regagner de la compétitivité.

Seul un syndicat comme la FNSEA peut engranger de telles victoires.

Un travail important a été mené par la FDSEA 77, les présidents cantonaux et les délégués communaux afin de revoir la cartographie des cours d'eau. Aujourd’hui, où en est ce dossier?

En premier lieu, je tiens à souligner le travail conséquent de collecte d’informations du réseau sur le sujet. Une succession de réunion sur le terrain et une synthèse de l’administration de l’ensemble des demandes, nous a permis de définir une méthode de travail.

Notre volonté d’aller vite sur le sujet malgré une certaine réticence de l’Onema et de la Driee, va nous permettre de publier une première carte fin juin sur un ensemble de cours d’eau qui seront déclassés ou non. Suivra une seconde phase dédiée à des  vérifications terrain afin de clarifier certains cas en discussion. Nous serons attentifs au respect des trois critères définissant un cours d’eau et nous n’irons pas au-delà. 

 

La date limite de dépôt des déclarations Pac a été reportée au 15 juin. Comment se déroule la campagne de télédéclaration 2016 ?

Le report au 15 juin est une bonne chose. Votre FDSEA 77 est encore mobilisée afin de répondre à toutes les sollicitations des adhérents pour remplir leur déclaration avec près de mille appels en six semaines, 350 rendez-vous individuels et des permanences complètes. Les SNA (Surfaces non agricoles) et leur lot d’aberrations ont semé le doute chez les exploitants. Beaucoup se rassurent en faisant confiance à nos collaborateurs spécialistes de l’exercice. Encore une preuve que la charge administrative est trop lourde et trop complexe.  Preuve, qu’adhérer à la FDSEA, c’est aussi bénéficier d’accompagnement et de services personnalisés.

L'assemblée générale de la FDSEA 77 est  placée sous le thème de l'environnement. Pourquoi ce choix ?

Au-delà des difficultés conjoncturelles  -chutes des prix à la production, baisse des soutiens…-, la seconde problématique  qui ressort chez les agriculteurs seine-et-marnais concerne  l’aspect normatif et environnemental au cœur d’un département centré sur la préservation de la ressource en eau. Les engagements de la Cop21 et les attentes sociétales -santé publique, biodiversité…- doivent aussi nous interroger.

Les débats autour de ce thème feront ressortir les difficultés que vivent au quotidien les agriculteurs. Notre invité national, Eric Thirouin, développera  l’action de la FNSEA sur ce dossier.

Nous en profiterons pour mettre en évidence les engagements de la profession en matière environnementale, le progrès technique…

Enfin nous échangerons avec nos représentants politiques départementaux et régionaux afin de trouver des synergies pour que demain nous puissions concilier agriculture performante avec environnement.

L’environnement a un prix ! L’agriculture aussi !

 

 

AG FDSEA 77 : plus de 400 participants venus échanger sur le thème "Agriculture : Médias et société"

Toutes les émissions dans la médiathèque